Blog

WordPress

Article terminologique 6

WordPress/WordPress

WordPress – n. p.

Système de gestion de contenu qui facilite la construction d’un espace en ligne personnalisé à base de modèles thématiques personnalisables gratuits ou payants selon leur complexité.

Remarque : WordPress est surtout connu en tant que plateforme de gestion et de création de sites internet et de blogues.

Sources :

Le blogue du modérateur : http://www.blogdumoderateur.com/wordpress-4-7/

InfoWebMaster : http://glossaire.infowebmaster.fr/wordpress/

WordPress – proper noun

An entirely customizable online service which serves as a content management system that helps its users exploit the web in any way which suits their needs.

Note : WordPress is mostly known as one of the most user-friendly and intuitive platforms which helps users create websites and blogs with the help of predesigned themes.

Sources :

Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/WordPress

WordPress : https://wordpress.org/about/

 Commentaire critique :

On pourrait dire de WordPress qu’il aida à dissiper, dès ses plus jeunes années, le mystère de l’univers du code et de l’autoroute virtuelle pour les plus communs des mortels. En effet, cet outil conçu au départ pour que tous puissent créer leurs blogues et sites internet eux-mêmes participa largement à la démocratisation du web. On peut véritablement parler de démocratisation ici puisque cette plateforme est non seulement gratuite, mais surtout simple et intuitive.

Même ceux qui ne sont pas nés avec un iPad entre les mains ne s’y perdent pas et peuvent créer, en quelques heures, un véritable site ou blogue personnel. Mais WordPress n’en reste pas pour autant ennuyeux aux yeux des internautes plus aguerris. Avec de la patience et un esprit créatif, il suffit de parcourir les thèmes, d’ajouter des vignettes actives, de construire des pages et de mêler texte, image et vidéo pour créer un espace plus complexe et, surtout, plus personnalisé.

Cette plateforme de gestion de contenu serait-elle donc réservée aux amateurs n’ayant pas les moyens d’engager des webmestres pour créer de véritables sites internet? FAUX! De nombreuses compagnies de tous types se sont elles aussi tournées vers WordPress pour créer et gérer leur site officiel. Parmi les « géants » qu’on y retrouve, le New York Time, CNN, The Walt Disney Company, Vogue India… Bref, grandes équipes et joueurs solos se retrouvent sur la même patinoire. Après tout, comme on l’apprend sur la page d’accueil même du site de la plateforme, WordPress « fait tourner 26 % du web ». Devant un pareil chiffre, il ne reste qu’à espérer qu’on s’y trouve aussi en sécurité qu’ils ne s’en vantent…

 

Bibliographie commentée sur Pinterest

FTRA 410 – Terminologie et mondialisation                                     DUBOIS, Florence

16 février 2017                                                                                                       27516959

 

BIBLIOGRAPHIE COMMENTÉE

Documents en anglais

  1. ARTHUR, Lisa. « Pinterest: The Good, the Bad and the Ugly », FORBES.com. Disponible à : http://www.forbes.com/sites/lisaarthur/2012/04/03/pinterest-the-good-the-bad-and-the-ugly/#5b014514e024 [consulté le 12 février 2017].

Cet article du Forbes, malgré son caractère plus argumentatif qu’informatif, constitue une introduction parfaite au médium qu’est Pinterest. L’auteure n’explore par contre que la terminologie générale des différentes fonctionnalités de Pinterest. Elle écrit par ailleurs surtout sur l’évolution du marketing avant brosse un tableau d’ensemble de l’utilité de Pinterest précisément dans ce domaine. Seul hic, il semblerait que son public cible est justement plutôt spécialisé en affaires. Il faut donc posséder des notions de marketing pour tout comprendre en détail.

  1. BOSWELL, Wendy (2016). « What is Pinterest? », com. Disponible à : https://www.lifewire.com/what-is-pinterest-3483086 [consulté le 12 février 2017].

Il s’agit ici d’un article explicatif retrouvé sur Lifewire, un site de vulgarisation spécialisé en technologies. Les auteurs et employés de ce site sont réellement des professionnels parmi lesquels certains sont spécialisés en programmation, par exemple. Le site a d’ailleurs pour public cible des férus de technologies et se targue de prendre sa tache informative très au sérieux. L’article lui-même a été mis à jour en 2016, et en déroulant la même page, le lecteur peut lire l’intégralité de tous les articles écrits spécialement sur Pinterest, rendant la navigation très aisée.

  1. CARR, Kelby (2012). Pinterest Marketing for Dummies, John Wiley & Sons, Inc., Hoboken, New Jersey, 196 pages.

Cet ouvrage de vulgarisation est rédigé par une consultante en média social ayant utilisé Pinterest depuis ses balbutiements. Elle y explicite les termes utilisés sur le médium et comme l’utiliser lui-même avant de plonger dans les détails des fonctionnalités. L’aspect le plus intéressant : elle éclaircit toutes les étapes d’une utilisation intelligente de cet outil dans le monde du marketing, toujours en utilisant un vocabulaire moderne et précis qui reste limpide (elle s’adresse aux nuls, après tout).

Documents en français

  1. AGENCE FRANCE PRESSE SAN FRANCISCO (2017). « Pinterest lance un nouvel outil », ca. Disponible à http://www.lapresse.ca/techno/applications/201702/09/01-5067824-pinterest-lance-un-nouvel-outil.php [consulté le 12 février 2017].

Ce court article de La Presse a le mérite d’être extrêmement récent. Il expose quelques nouvelles fonctionnalités de Pinterest tout en se concluant avec une ouverture sur les nouveaux projets de ses créateurs. On y comprend mieux l’utilité de ce médium aujourd’hui. Le texte est d’autant plus intéressant qu’il mentionne d’autres noms de compagnies s’étant alliées à Pinterest, offrant donc un pont de vue économique sur cette utilité. Par ailleurs, les articles de La Presse sont rédigés par des journalistes professionnels et relus par la suite, ce qui en fait une source sérieuse.

  1. LAFASTOD, Élodie (2016). « Comment utiliser Pinterest, le réseau social façon tableaux d’inspiration? » com. Disponible à : http://www.madmoizelle.com/pinterest-mode-demploi-89916 [consulté le 12 février 2017].

Lafastod nous offre, sur ce blogue/magazine, une description de Pinterest pour le public cible qui semble l’utiliser le plus : les femmes. Sans être une source particulièrement sérieuse (style visuel axé sur le divertissement), madmoiZelle reste une marque déposée et fonctionne grâce à une véritable équipe de rédaction. Si les termes utilisés sont très familiers et très français, on leur pardonne de n’être consacrés que par l’usage puisque c’est en soi un témoignage de la terminologie utilisée par monsieur et plutôt madame Tout-le-Monde.

  1. PINTEREST FRANCE (2014). « Pinterest, qu’est-ce que c’est? » com. Disponible à : https://www.youtube.com/watch?v=SGp75-X6BnM [consulté le 12 février 2017].

La page YouTube de Pinterest France est une source sans fin de terminologie et de renseignements sur ce médium. C’est sans doute l’une des sources les plus fiables puisque c’est l’équipe créatrice du médium qui s’adresse à ses utilisateurs dans le jargon « d’origine ». C’est aussi une bonne source pour tout ce qui touche les fonctionnalités, et elle est incessamment la plus récente puisque chaque nouvelle vidéo est une sorte de « mise à jour » de la source.

  1. CHARTIER, Mathieu (2013). Guide complet des réseaux sociaux, Édition First, Paris, 411 pages.

Ce guide très détaillé est rédigé par un développeur Web formé, notamment, en communication. Il est écrit dans un style clair et avec un langage qui vulgarise le propos tout en définissant et en utilisant le jargon des réseaux sociaux. Un chapitre est consacré exclusivement à Pinterest. Si l’information est un peu vieille et que l’ensemble du livre porte plus sur d’autres réseaux sociaux, il demeure une ressource précieuse de terminologie utilisée sur Pinterest, et facilite la compréhension de la place de ce médium dans l’ensemble de la Toile.

  1. TERRIEN, Yves (2013). « L’effet viral de Pinterest », Le Soleil. Disponible à : http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/techno/201304/30/01-4646205-leffet-viral-de-pinterest.php [consulté le 14 février 2017].

Cet article publié dans la rubrique « Technologies » est une petite mine d’or de terminologie, avec les termes en anglais et en français sur Pinterest, et une foule d’autres termes appartenant à l’arbre du domaine des réseaux sociaux. Terrien y ajoute de nombreuses statistiques et anecdotes intéressantes sur le médium en tant que tel. Par ailleurs, le style journalistique rend le propos limpide. Il est donc facile pour n’importe qui de comprendre les fonctions et l’argument posé sur le sujet.

  1. ROPART, Fabian (2016). « Où en est Pinterest sur le marché français? », Blog du modérateur, disponible à : http://www.blogdumoderateur.com/pinterest-marche-francais/ [consulté le 14 février 2017].

Soulignons d’abord que le « Blogue du modérateur » est un site à proprement parler où les « travailleurs du web » peuvent trouver l’actualité du monde des médias. C’est en quelque sorte un quotidien spécialisé. L’article est une entrevue d’Émilie Nguyen, directrice des partenariats chez Pinterest France, une source on ne peut plus sûre d’information et qui utilise, de surcroît, une terminologie tout aussi fiable. L’article est de plus très récent, ce qui est intéressant du point de vue de la langue spécialisée et, surtout, des données et statistiques mentionnées.

Twitter

Résultats de recherche d'images pour « twitter »

Article terminologique 5

twitter/twitter

twitter – n. p.

Médium social gratuit offrant une plateforme de microblogage sur laquelle les utilisateurs peuvent diffuser des messages de 140 caractères maximum.

Remarque : il est également possible d’y partager des photos ou de courtes vidéos. Tout le contenu partagé par un individu s’affiche sous forme de « gazouillis » visibles pour tous ses abonnés.

Sources :

Comment ça marche.net : http://www.commentcamarche.net/contents/3071-twitter-comment-l-utiliser

Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Twitter

twitter – proper noun

A free online social network characterized by its microblogging and instant news-sharing in publications no longer than 140 characters.

Note : It’s mission is to facilitate the instant and inhibited sharing of information throughout the world. This medium has focused on news sharing and allows companies, celebrities and traditional media platform to have direct exchanges with their audience.

Sources :

Twitter : https://about.twitter.com/company

Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Twitter

Commentaire critique :

Un porte-voix particulièrement cacophonique, voilà ce qu’est devenu aujourd’hui le médium social connu sous le nom de Twitter. Avec plus de 500 millions de gazouillis publiés par jour[1], il va sans dire que beaucoup, beaucoup de choses se disent, se partagent et se commentent sur la plateforme. Certes, la limite de 140 caractères par publication ne pousse pas exactement à y rédiger des romans. Pourtant, phénomène fascinant, ce format court et limité s’est déjà taillé une place dans l’univers textuel.

Mentionnons d’abord le phénomène de la twittérature[2]. Cette nouvelle forme de littérature, centrée sur la forme brève dans la limite des caractères, s’inspire de « véritables » mouvements littéraires, tels que le Haïku japonais, le surréalisme et ses cadavres exquis, ou encore l’OuLiPo[3]. Twitter voit même bientôt des romans s’écrire en direct sur la plateforme, ou encore des classiques se réécrire en tweets. Bref, voilà que s’ouvrent encore des horizons surprenants et inattendus en cette ère numérique. Toutefois, cette la facilité de s’exprimer sur le réseau social en question ne présent pas que des avantages.

Tournons-nous vers le monde du journalisme. Nombreux sont les médias traditionnels ayant incorporé Twitter dans leurs modes de communications. Il en résulte que l’actualité est omniprésente sur la plateforme, et les « premières nouvelles » s’y répandent comme des traînés de poudre au fil des gazouillis partagés par les utilisateurs, et le journalisme en direct se fait parfois par monsieur-madame Tout-le-Monde. Malheureusement, cette démocratisation du monde de l’actualité a pour conséquences naturelles d’aggraver du même coup une des plaies de notre siècle : la désinformation et les vérités alternatives.

[1] Thomas Coëffé, « Chiffres Twitter – 2017 » sur Blog du modérateur, 23 novembre 2016, page consultée le 3 mars 2017, http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-twitter/

[2] Institut de twittérature comparé, 2016 http://www.twittexte.com/ScriptorAdmin/scripto.asp?resultat=734326

[3] Idem.

Une autre critique intréressante:

Myspace

Résultats de recherche d'images pour « myspace »

Article terminologique 4

Myspace/Myspace

Myspace – n. p.

Plateforme en ligne hautement personnalisable et réseau social qui permet à ses utilisateurs de partager des renseignements personnels, de créer des blogues ou encore d’y rendre disponibles des compositions musicales.

Remarque : ce médium social est particulièrement utile au marketing dans l’industrie de la musique. Il est désormais possible d’y acheter directement de la musique, notamment.

Sources :

Le Monde : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2007/01/08/myspace-un-puissant-outil-de-marketing-sur-internet_853050_651865.html

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Myspace

Myspace – proper noun

An interactive social media platform aimed at sharing personal profiles, blogs, photos, music and videos to a network of friends.

            Note: Myspace is known for its fast-rising popularity when it was first created and its equally fast downfall after other social media platforms (such as Facebook) arose.

Sources:

Myspace: https://myspace.com/pressroom

New York Times : http://www.nytimes.com/2013/09/08/technology/from-myspaces-ashes-silicon-start-ups-rise.html?rref=collection%2Ftimestopic%2FMySpace.com

Commentaire Myspace : 

Combien sommes-nous, à l’aube des années 2010, à avoir abandonné Myspace pour Facebook? Plus de 40 millions, selon un article datant déjà d’une demi-décennie[1]. Cette plateforme, servant à l’époque au partage de toute sorte d’objets de création par les amateurs autant que les professionnels, est en effet restée célèbre pour les armées entières d’utilisateurs qui l’ont désertée. Elle reste aujourd’hui un symbole des années 2000 auquel presque tous font référence avec une pointe de nostalgie.

Que s’est-il donc passé? Ce serait d’abord l’émergence de nouveaux médias sociaux, Facebook en particulier, qui aurait enterré Myspace, puisqu’il offrait à l’époque des fonctionnalités semblables. La plateforme n’aurait pas non plus survécu à la remise en question de la sécurité en ligne. La rumeur voulait en effet que la foule de ses utilisateurs adolescents ne fût pas à l’abri des cyberprédateurs. Pour ces raisons et tant d’autres Myspace disparaît donc de la Toile en 2009, pendant que le reste de l’univers en ligne continue à se développer à un rythme effréné.

Or, Myspace existe toujours! Plus précisément, il renaît de ses cendres en 2013, après avoir été acquis, deux ans plus tôt, entre autres par Justin Timberlake. Le rôle de la vedette de la pop dans la conception du nouveau site n’est pas un mystère : Myspace est remodelé en une interface de partage de musique et de vidéo et devient une plateforme idéale pour les artistes voulant partager leur travail. Il semblerait que l’avenir du médium social est de nouveau prometteur, avec une équipe de 150 travaillant aujourd’hui au développement de ce qui reste un pionnier de l’Internet vaste et interactif, tel qu’on le connaît aujourd’hui.

[1] https://www.bloomberg.com/news/articles/2011-06-22/the-rise-and-inglorious-fall-of-myspace

Instagram

Article terminologique 3

instagram/instagram

instagram – n. p.

Application de photographie gratuite dont la principale fonctionnalité est de prendre des photos et de les partager instantanément avec d’autres utilisateurs.

Remarque : parmi ses autres fonctionnalités, ce médium permet la retouche et l’amélioration des photos grâce à des filtres. L’utilisation de mots-clics permettent de retrouver du contenu plus facilement. L’abonnement aux profils d’autres utilisateurs permettent à plus de 500 millions d’internautes de suivre des tendances ou leurs intérêts personnels. La diffusion d’image peut également se faire sur d’autres médias sociaux directement depuis l’application.

Sources :

Blog du modérateur : http://www.blogdumoderateur.com/anecdotes-statistiques-instagram/

Instagram : https://help.instagram.com/

instagram – proper noun

A free application which allows its users share pictures directly from their mobile phone. This medium is mostly known for its Filters and a set of editing tools to alter the photos and give them a professional look before they share them. The settings offer options for the users to choose the privacy level of their account and to select the other social media on which they would like to share their visual content. Comments, tags, private messages and likes are other functions which facilitate direct interaction with other users.

Sources :

Instagram : https://www.instagram.com/about/faq/

Lifewire : https://www.lifewire.com/what-is-instagram-3486316

Commentaire critique

La popularité d’Instagram peut sembler, a priori, une confirmation de l’égocentricité et de l’obsession visuelle des temps modernes. Après tout, ce réseau social est fondé sur l’appréciation purement esthétique de scènes qui sont, le plus souvent, composées expressément pour la prise du cliché. Combien de fois peut-on entendre « C’est pour Instagram », en partageant un repas avec un ami ou lors d’une soirée ou encore d’une sortie. Beaucoup reprochent à ces utilisateurs de ne jamais vivre ni apprécier vraiment l’instant présent à force de vouloir le capturer et l’embellir grâce à des filtres.

Mais c’est précisément ce culte voué à l’image qui a fait d’Instagram l’un des supports numériques les plus utiles pour le monde professionnel! Parlons, par exemple, des nombreuses photos commanditées par des entreprises, qui paraissent depuis peu entre les abdominaux de votre collègue et le chat de votre tante Martha. Instagram offre à ces marques une nouvelle façon d’entrer dans la vie des clients potentiels, plaçant services et objets convoités au cœur du quotidien visuel des gens.

Pour les artistes et célébrités, ce médium aide à créer des liens avec leurs admirateurs. La promotion d’événements et de projets, voire le partage de leur vie quotidienne, donne à ces grands noms l’occasion de faire rêver les foules encore plus qu’avant. Pour monsieur-madame tout le monde, il est par ailleurs possible, moyennant un certain nombre d’abonnés, d’être payé pour faire la promotion de services et de produits sur son profil. Malgré tous ses défauts, Instagram participe d’une véritable démocratisation du monde des affaires en le rendant plus attrayant visuellement et, surtout, plus participatif.

Pinterest

carte mentale pinterest.jpg

Carte mentale que j’ai réalisée sur le thème de Pinterest.

Article terminologique 2

Pinterest/Pinterest

Pinterest – n. p.

Réseau social qui consiste en un catalogue d’idée que les utilisateurs peuvent organiser en tableaux d’éléments visuels inspirants de leur choix.

Remarque : c’est aujourd’hui un outil de marketing très puissant qui aide de nombreuses entreprises à rejoindre des publics cibles ou encore à vendre directement leurs produits.

Sources :

Comment ça marche.net : http://www.commentcamarche.net/news/5857703-pinterest-ca-m-interesse#q=pinterest&cur=2&url=%2F

Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pinterest

Pinterest – proper noun

A free online catalog of ideas designed to create inspiration boards organized according to the user’s interests.

Note : More than 55% of American shoppers chose Pinterest as their favorite social media, and businesses can indeed advertise their products and services on the platform, which has become a very powerful marketing tool for many of them.

Sources :

Pinterest : https://about.pinterest.com/en

DMR Stats Gaget  : http://expandedramblings.com/index.php/pinterest-stats/

Commentaire critique

Pin your interests. Pinterest. Tout simple, le concept derrière la création de ce média social est sans doute à l’origine de son succès. Lancée en mai 2011, la plateforme est un paradis d’esthétique où une multitude de sujets se retrouvent en images : recettes, design, photographie, voyage, mode, produits de beauté… Bientôt, 175 millions d’utilisateurs sont actifs sur Pinterest, partageant, épinglant plus de 100 milliards d’idées[1].

Avec plus de 60 % d’utilisateurs féminins, et presque 70 % d’utilisateurs appartenant à la génération Y[2], le site se décrit comme l’endroit parfait pour « Rechercher et enregistrer des recettes, des astuces pour les parents, trouver l’inspiration en termes de mode et essayer de nouvelles idées »[3]. La fréquentation du site rassemble donc, dans ses jeunes années, surtout des utilisateurs attirés par cet encouragement de la créativité dans la vie de tous les jours. En fait, nombre d’entre eux, plus de 50 % pour être plus précis, utilisent Pinterest pour choisir les produits qu’ils achèteront en ligne, et c’est là qu’entrent en jeux de nouveaux utilisateurs bien spéciaux.

De vogue et Sephora à Ziploc, en passant par Ikea, de plus en plus d’entreprises utilisent Pinterest dans leur stratégie de marketing, et même comme plateforme de vente. En se créant un compte professionnel, ces organismes peuvent avoir accès à un outil d’analyse de leur auditoire ou encore à des épingles enrichies pour vendre leurs produits, par exemple. Ils peuvent aussi envoyer les utilisateurs sur leur site : les plus grands succès se chiffrent à plus de 4000 % plus de visiteurs grâce à Pinterest. Il n’y a pas à dire, dans le monde des affaires, ce médium social nous réserve sans doute encore bien des surprises.

[1] https://business.pinterest.com/fr

[2] http://expandedramblings.com/index.php/pinterest-stats/

[3] https://about.pinterest.com/fr

Dans le cadre d’un cours de terminologie et mondialisation, mon quipe et moi-même avons écrit, produit et monté la vidéo ci-dessous sur le médium social Pinterest.

Facebook

Article terminologique 1

facebook/facebook

facebook – n. p.

Médium social gratuit sur Internet créé en 2004 par Mark Zuckerberg.

Remarque : Ses utilisateurs peuvent se créer un compte pour interagir avec d’autres utilisateurs en partageant avec eux des liens, photos, vi.déos, textes et autres documents. Il offre aujourd’hui des fonctionnalités qui en font une plateforme de partage d’information dont savent tirer parti de nombreuses entreprises et particuliers en créant des pages ou des groupes. Facebook compte plus d’un milliard d’utilisateurs actifs.

Sources :

Termium Plus : http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-fra.html?lang=fra&i=1&srchtxt=facebook&index=alt&codom2nd_wet=1

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook#Facebook_Connect

facebook – proper noun

A free online social network offered by the American company of the same name, which was founded in 2004 by Mark Zuckerberg.

Note: Its mission is to help people connect and stay connected as well as allow families and friends to express and share what matters to them. They can do so by creating profiles on which they can share photos, videos, links and statuses while interacting with each other through on a newsfeed or through private messages. Its features also present companies, artists and public personalities with opportunities to connect with their public and consumers.

Sources:

Facebook : https://www.facebook.com/pg/facebook/about/?ref=page_internal

Encyclopædia Britannica : https://www.britannica.com/topic/Facebook

Commentaire

De nos jours, Facebook semble être devenu un repère du mode de vie de l’ère moderne, qu’on l’utilise ou pas. C’est d’abord un outil aux fonctionnalités multiples dont on ne peut nier l’utilité, autant dans la vie personnelle que professionnelle ou estudiantine. Il répond, après tout, à l’esthétique de rapidité et de simplicité de notre société ainsi qu’aux besoins de communiquer instantanément qu’ont les particuliers comme les groupes. Il s’inscrit dans la (sur)stimulation des sens, par son aspect multimédia, et dans la consommation rapide d’information superficielle. Facebook est, si on veut, comme beaucoup de médias sociaux, un fast food du monde des communications. Il nous sert un peu de tout et rapidement.

Mais nous savons tous que le fast food n’est pas sain à long terme. En effet, la multiplicité des fonctionnalités de Facebook n’est pas toujours exploitée avec intelligence. Nombreux sont ceux qui y voient un facilitateur de procrastination, d’inactivité et de superficialité (qui dit médias sociaux dit conscience constante du regard de l’autre). Résultat, avec un volume d’utilisateur aussi massif : Facebook crée inévitablement des problématiques d’éthiques dans son utilisation, qu’il s’agisse du caractère approprié de ce qui se partage ou des raisons et objectifs qui nous poussent à l’utiliser.

Le plus important dans l’actualité d’aujourd’hui est que la cyberfoule susmentionnée génère beaucoup de « bla-bla » et facilite la désinformation. Les fonctions « j’aime » et « partager » sont des autoroutes allemandes d’information non vérifiée circulant à des vitesses effrénées. Bref, ce médium social devra rester sous une main toujours plus ferme de ses créateurs pour éviter qu’il ne devienne une hydre de problèmes.