Facebook

Article terminologique 1

facebook/facebook

facebook – n. p.

Médium social gratuit sur Internet créé en 2004 par Mark Zuckerberg.

Remarque : Ses utilisateurs peuvent se créer un compte pour interagir avec d’autres utilisateurs en partageant avec eux des liens, photos, vi.déos, textes et autres documents. Il offre aujourd’hui des fonctionnalités qui en font une plateforme de partage d’information dont savent tirer parti de nombreuses entreprises et particuliers en créant des pages ou des groupes. Facebook compte plus d’un milliard d’utilisateurs actifs.

Sources :

Termium Plus : http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-fra.html?lang=fra&i=1&srchtxt=facebook&index=alt&codom2nd_wet=1

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook#Facebook_Connect

facebook – proper noun

A free online social network offered by the American company of the same name, which was founded in 2004 by Mark Zuckerberg.

Note: Its mission is to help people connect and stay connected as well as allow families and friends to express and share what matters to them. They can do so by creating profiles on which they can share photos, videos, links and statuses while interacting with each other through on a newsfeed or through private messages. Its features also present companies, artists and public personalities with opportunities to connect with their public and consumers.

Sources:

Facebook : https://www.facebook.com/pg/facebook/about/?ref=page_internal

Encyclopædia Britannica : https://www.britannica.com/topic/Facebook

Commentaire

De nos jours, Facebook semble être devenu un repère du mode de vie de l’ère moderne, qu’on l’utilise ou pas. C’est d’abord un outil aux fonctionnalités multiples dont on ne peut nier l’utilité, autant dans la vie personnelle que professionnelle ou estudiantine. Il répond, après tout, à l’esthétique de rapidité et de simplicité de notre société ainsi qu’aux besoins de communiquer instantanément qu’ont les particuliers comme les groupes. Il s’inscrit dans la (sur)stimulation des sens, par son aspect multimédia, et dans la consommation rapide d’information superficielle. Facebook est, si on veut, comme beaucoup de médias sociaux, un fast food du monde des communications. Il nous sert un peu de tout et rapidement.

Mais nous savons tous que le fast food n’est pas sain à long terme. En effet, la multiplicité des fonctionnalités de Facebook n’est pas toujours exploitée avec intelligence. Nombreux sont ceux qui y voient un facilitateur de procrastination, d’inactivité et de superficialité (qui dit médias sociaux dit conscience constante du regard de l’autre). Résultat, avec un volume d’utilisateur aussi massif : Facebook crée inévitablement des problématiques d’éthiques dans son utilisation, qu’il s’agisse du caractère approprié de ce qui se partage ou des raisons et objectifs qui nous poussent à l’utiliser.

Le plus important dans l’actualité d’aujourd’hui est que la cyberfoule susmentionnée génère beaucoup de « bla-bla » et facilite la désinformation. Les fonctions « j’aime » et « partager » sont des autoroutes allemandes d’information non vérifiée circulant à des vitesses effrénées. Bref, ce médium social devra rester sous une main toujours plus ferme de ses créateurs pour éviter qu’il ne devienne une hydre de problèmes.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s